Avicontrôle - Pigeon
Pigeon

Oiseaux bien connu du grand public, les pigeons sont devenus un véritable fléau ces dernières années. Suite à leur prolifération (une femelle pond plusieurs fois entre avril et septembre, généralement 2 œufs à chaque fois), les  dégâts en ville, mais aussi en campagne, ont explosés. Mauvaises odeurs, bruits et saletés sont les conséquences de ces volatiles devenus trop nombreux aujourd’hui!

 

Les fientes de pigeons fragilisent aussi bien l’intérieur que l’extérieur des bâtiments. Avec l’humidité, elles se transforment en petites plantes dont les racines s’introduisent peu à peu dans les murs ce qui créer des fissures.

 

Par leurs déjections, les pigeons sont également  vecteur de pathologies virales et bactériennes pour les humains et les animaux domestiques (grippes, arboviroses, asthme, mycobactérioses, salmonelloses,...).

La montée du risque pandémique lié au virus H5N1 de la grippe aviaire de 2003 à 2006 a justifié dans de nombreux pays une interdiction de les nourrir.

 

Difficile à délocaliser, ces volatiles ne ratent pas une occasion de venir se nicher dans tous les endroits pouvant leur offrir de la nourriture. En campagne, par exemple,  l’arrivée en masse des pigeons est une véritable problématique, surtout pour les cultures oléagineuses/protéagineuses (maïs, colza, tournesol…). Avec des possibilités de perte de rendement allant de 25 à 80%, cette lutte devient un enjeu majeur pour la pérennité des exploitations agricoles.